Le fait est que l'on peut dialoguer avec ses sous-unités de fonctionnement interne.

Pour moi ce fut sidérant la première fois, mais ça marche très bien.

Une pensé qui tourne en boucle, une douleur ici ou là, une angoisse, etc...

Il est possible de l'isoler et de la laisser s'exprimer en conscience.

Un peu déroutant au début, ce dialogue interne peut s'apprendre.

C'est le sens de cette pratique, d'accompagner cette écoute.

 

 

 

Cela revient à de la communication avec les différentes émotions intérieures.

Ensemble, on va identifier ces strates émotionnelles, leurs rôles et leurs interactions.

Puis ce système de fonctionnement interne est mis à jour et adapté à vos besoins réels.

C'est alors le vrai soi qui redevient le maître du jeu, le "Je" tout entier et plus les parties.

 

Les patients de Richard Schwartz lui ont parlé de leurs parts intérieures.

Et lui a appliqué une thérapie de groupe à ce système : la systémique.

J'applique aussi la systémique pour résoudre les conflits internes,

mais à ma façon, intuitivement et avec des résultats réjouissants.

C'est la synthèse de nombreuses approches, dont la sienne, l'IFS.

Ce que je propose ici est unique et ajusté à chaque séance.

 

Mais ce n'est pas une thérapie, je ne suis pas un soignant.

Je vous accompagne dans la découverte de vous même.

Et mon rôle est d'autoriser la réorganisation des parties.

Cela se fait automatiquement dès qu'on les comprends.

On les accueils et les présente les unes aux autres.

C'est ce qui permet d'identifier de possibles conflits.

 

Dans ce cas on pousse l'exploration jusqu'au besoin défendu.

Car chaque partie a un rôle de préservation de nous-même.

Une fois le rôle protecteur identifié, il est communicable.

Il devient alors facile d'optimiser la cohérence interne.

Les strates se comprennent et se complètent mutuellement.

On arrive ainsi à optimiser son propre fonctionnement global.

 

 

En pratique